La voici donc la nouvelle année qu’on attendait avec tant d’impatience. Jusqu’ici, je ne sais pas vous, mais pour ma part je ne peux pas dire que je sois franchement emballée. Que ce soit par le nouveau calendrier des pompiers, le nouveau couvre-feu ou le nouveau baguette-bag de chez Moschino qu’on peut se procurer pour la somme modique (normal, c’est de la mode) de 795€.Personnellement, j’achète ma baguette à la boulangerie de la rue Sorbier pour la somme encore plus modique de 0,95cts et j’en suis très satisfaite. Certes, je ne peux pas y glisser mes clés ou mon portable (j’avoue honteusement que je n’ai jamais essayé), mais  je peux vous garantir qu’avec un imperméable, l’effet est tout simplement le même que sur la photo. Enfin je suppose, je n’ai pas d’imperméable. Et je peux même agrémenter  ma baguette de chocolat ou de pecorino. Pas sûre qu’on puisse fourrer le baguette-bag de rillettes ou de confiture de myrtilles…

Mais s’il est vrai que les égarements boulangers des créateurs de mode italiens constituent pour moi une véritable énigme, ce n’est pas ce qui me déroute le plus en ce début 2021. En effet, cette année, j’ai reçu moult cartes SMS de vœux on ne peut plus insolites :  « Bonne année confinée ! »  » Bonne Coronannée ! » « En 2021, vive le vaccin ! » « Je te souhaite une année démasquée… » qui m’ont presque fait regretter le facétieux « Bananier et pommes sautées ! » ou le piquant « Beaux nénés et bonne tétée ! »

J’ai bien compris que les auteurs se voulaient cocasses voire spirituels pourtant leurs messages ont eu l’effet inverse et m’ont carrément flanqué le bourdon ce qui est plus ou moins l’opposé du concept. On ne peut pas dire que leurs vœux 2.0 m’aient laissé espérer le meilleur pour l’année à venir. Très honnêtement, si c’est pour commencer 2021 avec le virus, les masques ou un (re)confinement – un peu comme j’ai fini la précédente en somme – inutile de m’adresser des vœux :  je n’ai qu’à sortir de chez moi – lorsqu’on m’y autorise aimablement cela va de soi – ou à allumer les informations. Hors, précisément, en 2021, s’il y a une chose que j’aimerais bien pouvoir faire, c’est débrancher Radio Corona une fois de temps en temps…  

Et puis j’aimerais savoir… Depuis quand cette manie de la rime s’impose-t-elle quand on veut souhaiter la bonne année ? Après 2019 l’année de la teuf, 2017 l’année des pépettes sans parler de la très glorieuse 2016 année de la baise, le concept de vœux « poétiques » a montré ses limites je crois. Il n’y a rien là de très baudelairien ni de très convaincant et il serait temps d’y renoncer (exception faite pour les élèves des écoles élémentaires). 

De même, tous les ans, je reçois les vœux de Jacques Brel. Enfin, je ne reçois pas chaque année une carte de vœux de Jacques dans ma boîte aux lettres, de toute façon plus personne n’envoie de carte à part  Domino’s Pizza  et  Yves Rocher. Pourtant, Jacques et moi sommes amis depuis plusieurs années sur Facebook, encore récemment il m’a souhaité un joyeux anniversaire alors que Jean Yanne a encore oublié ! Enfin tout ça pour dire que chaque année, il y a toujours quelqu’un pour me transférer les vœux de Jacquot qui datent quand même du 1er Janvier 1968. Ils sont très beaux je le reconnais. Mais peut-on impunément s’approprier les vœux d’autrui ? Des vœux, c’est quand même intime, non ? « Comme j’étais pas inspiré, je t’envoie les vœux de Jacques Brel… »  Et pourquoi pas « Comme j’étais pas inspiré, je vous envoie la déclaration fiscale de mon beau-frère… »  ? Et puis 33 ans ça commence à dater…  Il serait peut-être temps d’emprunter les vœux de quelqu’un d’autre…. Est-ce qu’Alain Souchon ou Francis Cabrel ne pourraient pas se dévouer et nous souhaiter la bonne année dans une envolée pleine de lyrisme qu’on pourra leur piquer pendant les trente années à venir histoire de changer un peu (même en étant pour la parité ça me semble difficile de solliciter Mylène Farmer ou Aya Nakamura pour ce genre d’exercice) ? Je leur adresse d’avance toute ma gratitude.

Enfin à quoi bon envoyer le même message à tout son carnet d’adresse ? J’ai reçu des SMS d’inconnus ou presque. Quel est l’intérêt de souhaiter une bonne année à son toiletteur canin ou à Thaï Tanic, livreur à domicile ? Est-ce qu’un SMS groupé c’est plus facile ? C’est pour ne vexer personne ? Ou pour se sentir moins seul ?  Ou c’est peut-être une fausse manip’ ? A moins que ce ne soit pour avoir une remise sur les pad thai crevette ? 

Souhaiter une bonne année, pour de vrai, à ceux qu’on aime (ce qui réduit considérablement le carnet d’adresse) ce n’est pas grand-chose et puis ça fait drôlement plaisir. Mais ça prend plus de temps, forcément. Surtout si on y ajoute une pointe d’optimisme, par les temps qui courent ce n’est pas négligeable, et un brin de personnalisation. Pour ma part, j’aurais aimé qu’on me souhaite une année pleine de dimanches au chaud sous la couette, de chansons de Patti Smith ou de Diane Dufresne  au choix je ne suis pas contrariante, de spectacles en vrai de vrai et de toutes les couleurs, de soirées entre potes (sanitairement safe) qui s’éternisent jusqu’au milieu de la nuit, de tricots en laine mérinos, de milliers de mille-feuilles avec du thé fumé fumant, de grains de pop-corn qui éclatent avant que je m’installe pour re-re-regarder La fin du jour, de fausses notes grattées sur ma guitare, de paysages exotiques à l’autre bout du monde et de balades sans but au bout de ma rue… bref de petits riens du tout qui me rendront l’année plus douce malgré tous les flashs infos Radio Corona. 

Pour finir, je souhaite donc à chacun de vous une année parfumée de cafés du matin et de pain sorti du four, de chansons sous la douche, de poulets rôtis partagés en famille, de raclettes entre amis (et de Spasfon aussi), d’amoureux amoureux, de nuits pleines de rêves, de binge-watching, de farniente dans le sable et… de Blog de Stef ! Bonne année à tous !

Share Button
0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments