68. Eh ben mon vieux!

Je dois vous avouer que cette semaine, au moment de vous écrire je ne suis pas très inspirée. Ne le prenez pas pour vous, ça n’a rien de personnel. Sans doute, la mélancolie automnale m’aura-t-elle gagnée. Derrière l’écran de mon ordi, le café est tiède et le curseur, docile, clignote en attendant d’aligner des mots que je ne trouve pas. Dehors, le ciel fait la gueule et la pluie frappe incessamment aux carreaux de mes fenêtres. On dirait le début d’un mauvais polar… Un truc genre Meurtre à Eurodisney : « La journée avait mal commencé pour Églantine. Non seulement, il n’y avait plus de Nutella, mais son chat Cookie, manquait à l’appel de quoi contrarier la jeune et belle contractuelle quand tout à coup… »
Je ne sais pas ce que j’ai, d’habitude j’ai tellement hâte de vous écrire! En plus la semaine a pourtant tellement bien commencé. Figurez-vous que je suis allée pousser mes chansonnettes à Reims. Enfin presque, je me suis arrêtée à la banlieue Sud. Je laisse à Jean-Louis Aubert le plaisir de chanter Houellebecq en ville à 40€ la place, moi je  me contente volontiers de mettre le feu aux médiathèques de la périphérie (ami pompier tu peux ranger ta lance à incendie, ceci est une métaphore).
Donc, lundi à 14h30 la salle de la Médiathèque Croix Rouge n’était pas remplie de jeunes férus de chanson à texte et/ou humoristique, ni d’abonnés égarés en quête des publications de Pierre Bellemare ou de Valérie Trierweiler (disponible en trois exemplaires, sur réservation uniquement, je me suis renseignée). La salle n’était pas non plus remplie de jeunes écoliers boudeurs, contraints d’explorer les rayonnages en quête d’un ouvrage qu’ils seront forcés de lire par quelque enseignant perfide et de mauvaise foi qui leur soutient que non, regarder l’adaptation 3D du Seigneur des Anneaux ce n’est pas pareil que de lire le livre! Ces enseignants, quel culot!
Lundi, la salle était cependant bien remplie. Des personnes âgées, résidentes d’une maison spécialisée occupaient les sièges et puis quelques fauteuils roulants aussi. Une fois par an, leur résidence leur offre un spectacle. Une fois par an ce n’est pas beaucoup pour sortir rigoler avec les copains. A ce rythme là, c’est normal qu’on soit un peu impatient. Surtout à 75 ans! Et pourquoi non? Quand on est vieux, on vous ressert toujours la même soupe : Thierry Baloche et son orchestre de 1 musicien au complet qui interprètent La Java Bleue, La Vie en Rose et Les Roses Blanches. 
Eh bien Thierry, tu peux remballer l’arc-en-ciel et aller siffler ton ballon de p’tit blanc sous la tonnelle, cette année ce sera sans toi. A la médiathèque lundi, STEF! a débarqué et je peux te dire qu’il y en a eu du spectacle et du vrai! Du qui t’explose le sonotone, du qui te décoiffe les trois cheveux qui te restent, du rigolo que t’as le dentier qui se décroche et c’est tant mieux parce qu’à la maison de retraite on peut pas dire que ce soit la poilade tous les jours.
J’aime bien les vieux. Pardon! Je précise pour éviter tout malentendu ainsi que nombre de mails douteux :  j’aime bien chanter pour les vieux. Les petits, les gros, les sourdingues, les grincheux, les joyeux… Eh bien lundi, ils étaient tous là: les 7 nains et leurs copains ! Je ne vous dis pas la pression! C’est qu’il fallait être à la hauteur. Le directeur de la médiathèque était adorable et il nous a accueillis comme des rois, mais il était tellement anxieux! Il faut dire qu’il ne connaissait pas le spectacle, bref  ça n’a pas aidé pour me détendre. Est-ce que ça se fait de chanter Ode à mon cul à des personnes âgées? Et flirter, assise sur les genoux du troisième âge ça se fait? Est-ce que ça ne va pas déclencher quelques crises cardiaques? Et encore siffler une bière cul sec devant un parterre imbibé de jus de pommes est-ce que ça se fait? Eh  bien deux jours plus tard, je suis heureuse de pouvoir dire que oui, on dirait que tout ça se fait! Et même, pire, on dirait que tout ça, ça leur plaît aux petits vieux! Beaucoup même! Comme on a rigolé avec Marcelle, Geneviève, Paulette, Jacky, André, Michel et les autres! Même que à la fin Christiane, elle a pleuré… de joie!?! « Tu reviendras nous voir STEF! ? On a tellement ri, tu sais ça fait du bien. » Tu sais Christiane, je ne te l’ai pas dit, mais sur le moment je me suis retenue de pleurer moi aussi. Et puis Geneviève aussi elle a pleuré un peu. Quand j’ai chanté le Père Noël qu’on laisse au placard toute l’année… Elle a dit « Ben oui c’est la vie… On nous oublie on n’y peut rien… »
Tu sais Geneviève, ma Mamoune n’est plus là, mais encore aujourd’hui, je ne l’oublie pas. Je ne suis pas allée la voir assez souvent quand elle était là-bas dans la maison, comme toi. Je regrette. Ma Mamita non plus je ne l’oublie pas. Elle perd bien un peu la boule dans sa chambre là-bas à Metz, mais si tu savais comme c’était chouette quand je suis allée la voir la dernière fois. C’est drôle d’ailleurs, je viens de réaliser que mes grand-mères ne m’ont jamais vue chanter. Ni l’une ni l’autre. C’est pas plus mal remarque, parce que je ne suis pas sûre qu’elles auraient apprécié de m’entendre entonner Ode à mon cul en public. Quoique? Qui sait? Ça ne leur aurait peut-être pas déplu autant que je me l’imagine…
Alors je me rattrape! Je chante pour des petits vieux que je ne connais pas. Rien que pour leur faire plaisir! Pour nous faire plaisir! Après on discute de tout et de rien, on mange des biscuits à la cuiller avec un café tellement léger que ça doit être de la chicorée. Tout le monde sourit… Pis moi aussi. On doit avoir l’air un peu niais…
Aujourd’hui, pour être sûre que chacun m’entende, j’ai dû chanter très, très fort, et j’ai articulé, beaucoup, beau-coup! Je me sens un peu vide, comme la tasse de chicorée que j’ai dans la main. Je dis au revoir, je fais des bisous, il est déjà l’heure et tout le monde doit reprendre le bus pour la résidence. La fête est finie et moi je dois rentrer à Paris

N’empêche, c’était réussi, hein ma Paulette?

67. Fréquentations à la hausse

Depuis quelques jours, ma vie n’est plus la même. Je fréquente des people. Oh bien sûr, je me doutais bien que ça finirait par arriver un jour. Quand on travaille, comme moi, dans le show business on a ses petites obligations. Eh bien justement, ce jour est arrivé hier. Hier! Moi qui avais toujours cru que ce jour coïnciderait précisément avec celui de mon heure de gloire, eh bien pas du tout! Résultat, je n’étais pas préparée et très honnêtement, je n’ai pas vraiment été à la hauteur de la situation. Sans vouloir me vanter, je crois même pouvoir dire que j’ai été complètement en dessous. Du moins en ce qui concerne Eric. Cantona. Vous connaissez Eric bien sûr? Au football? Vous êtes sûr que vous ne confondez pas? Je vous parle de l’acteur Eric Cantona. Enfin de Eric quoi!
Bref, voilà comment cela s’est passé. 
Hier matin donc, je sortais dans la rue pour aller acheter du pain car les artistes méconnus ont une vie quotidienne assez peu exaltante et achètent le pain eux-mêmes sans que – hélas! –  NRJ12 ne diffuse l’évènement en direct. Ce n’est pas – plus que hélas! –  le cas des people pour qui acheter le pain devient « Pour que Nabila achète une baguette pas trop cuite tapez 1, pour qu’elle prenne une Tradition, tapez 2 ».
Je cheminais mollement donc et profitais du soleil dont les rayons rendaient joli ce matin de septembre et la vie en général. Hasard heureux, le soleil rendait aussi très joli le monsieur qui venait à ma rencontre. « Tiens, un beau mec qui vient à ma rencontre! » me dis-je alors en moi-même, savourant une fois de plus la délicatesse de la langue française. Mais au moment précis où le beau mec me dépasse sans même m’avoir demandé mon 06, j’exécute un double take magistral et réalise que c’est LUI. Je réalise aussi qu’exécuter un double take peut vous ruiner le cou.
Me voilà donc plantée au milieu de la rue avec un people!!! Que faire? Que dire? En moins d’une seconde mon esprit s’embourbe dans la semoule et je laisse échapper malgré moi : « Mais … oh.. c’est vous? Je ne vous avais pas reconnu » Minable, tarte, irrattrapable. Ma répartie ne peut passer ni pour une marque d’humour ni pour une marque d’admiration. Ma répartie ne passe pour rien en somme. Mon esprit sort deux secondes de ses flocons d’avoine, juste le temps de remarquer que même Nabila aurait fait mieux, tapez-moi. Pour achever d’être parfaite dans le ridicule, je ris bêtement. Hihihi. Hihihi. 
Eric, quoique ancien footballeur, n’est pas un mauvais bougre. Il vient à ma rescousse. Il me tend bravement un « Eh oui, c’est moi… C’est bien agréable ce soleil ! ». Mon esprit, qui ne s’attendait pas à cette marque de gentillesse inattendue, pédale de nouveau joyeusement dans le porridge. Je redeviens niaiseuse. Je bégaye, je me contorsionne, peut-être même que je bave je ne sais plus. Je finis tout de même par répondre « Oui… Très. » que je crois bon de gratifier de moult hihihi supplémentaires.
Pa-thé-tique!

Cette première rencontre s’est terminée sur un « Au revoir » amical et furtif de Eric qui, noble prince a eu l’élégance de s’en aller, écourtant ainsi à la fois mon malaise et cet échange misérable. Certes, j’ai eu la présence d’esprit de ne pas lui demander de faire de selfie, mais tout de même… Que va-t-il penser de moi quand on se verra la prochaine fois chez Drucker?

Le soir j’étais invitée par mon metteur en scène et néanmoins ami Laurent à une petite sauterie. Il n’est pas connu mais bon, j’y suis allée quand même. Cela se passait au Stade de France. Beyonce et Jay-Z, son mari râpeux, avaient invité quelques amis pour une réception sans façon. Il n’y avait que les intimes, environ 60000 personnes. C’était une soirée très simple. Il faisait beau et la soirée avait lieu en extérieur. A peine sortis du RER nous sentions déjà le doux parfum des merguez, des frites et du graillon que promettaient un barbecue à la bonne franquette, le genre 10€ c’est pas cher avec ou sans moutarde? Très décontractée, Beyonce nous a accueillis en personne, à peine habillée, sans chichis, comme tombée du lit sanglée dans son corset noir, en cuissardes et bas résille. Là encore, je dois bien reconnaître que je n’étais pas au niveau. Vestimentaire certes, mais je parle surtout de hauteur. Vers 18h30, alors que timides, Laurent et moi foulons la Pelouse d’Or de notre amie BeBe, ou la fosse si vous préférez, du haut de mes 162 centimètres, je suis sceptique. A vingt mètres de la scène, nous sommes idéalement placés pour apprécier le spectacle. Sauf que pour ma part je suis entourée de jeunes femmes, black pour la plupart, dont je vais semble-t-il pouvoir apprécier les extensions capillaires toute la soirée. Je vais même pouvoir manger lesdites extensions de certaines et découvrir quel goût a l’acrylique. Qu’importe, je suis là pour voir Beyonce, et rien ne gâchera mon plaisir! Nos hôtes doivent certainement avoir des problèmes avec le traiteur car le concert initialement prévu à 20h, ne commence finalement qu’à 21h. Depuis 2h30 Laurent et moi, l’un quinqua, l’autre quadra, ballotés tous deux de droite et de gauche entre dreadlocks et coupe afro,  nous demandons déjà si nos pieds et nos dos survivrons à cette petite sauterie.

Enfin, nos hôtes apparaissent, respirant l’amour et la mousse coiffante. Les autres invités sans aucune réserve, poussent alors des vagissements hystériques. Tout à coup, un champ de portables surgit au-dessus des têtes. Je ne vois désormais plus rien. Sans doute ces braves gens, n’ont pas comme moi l’habitude de fréquenter les people. Grâce à Eric, je sais désormais me tenir. Un sourire sobre suffit pour faire comprendre à B & J que je les remercie de m’avoir conviée à cet évènement.
Les maîtres de maison nous font la surprise d’un concert impromptu avec projection de leurs photos de vacances en bateau et de la petite Blue Ivy. C’est charmant, on a comme l’impression de faire partie de la famille. Beyonce sait vraiment recevoir, elle n’en finit plus de faire la fête : elle chante, elle danse et je suis véritablement sous le charme de la voir ponctuer la soirée de ses effets capillaires majestueux tantôt à droite, tantôt à gauche. Beyonce passe négligemment d’un ventilateur à l’autre et c’est moi qui suis soufflée de la voir exécuter une capilloregraphie décoiffante. Je suis subjuguée. J’apprécie moins la verve de son mari qui arpente le podium, exhibant sa joaillerie et ponctuant chacune de ses interventions de Fuck bitch! et autres Shit nigga. Entre nous, je lui trouve mauvais genre. Je me demande s’il ne se drogue pas? Je dois pourtant admettre que je ne le connais pas aussi bien que son épouse…
Pour finir, Laurent et moi ne voulions pas nous imposer, nous avons donc poliment pris congé, les pieds en feu et le dos en meringue, autour de 23h30.
Quand même, les soirées des people c’est autre chose. Bon, B&J auraient pu prévoir un taboulé, deux ou trois quiches lorraine et un petit blanc pour leurs invités. D’un autre côté, nous aurions pu y penser et ne pas débouler les mains vides. Je ne manquerai pas de me rappeler ce détail quand Johnny m’invitera à son anniversaire.

Ce soir-là, une autre amie fêtait elle aussi son anniversaire à deux pas du Stade de France. Elle est comédienne elle aussi. Je n’y suis pas allée. Elle a beau être très sympathique, personne ne la connaît!

16. Sans rancune…

Coucou les gens et bienvenue à tous les nouveaux qui nous rejoignent cette semaine…
Alors, dites-moi un peu. Comment ça s’est passé cette semaine? Pas trop difficile?
Certains d’entre vous n’ont pas pu venir assister à mon concert samedi dernier et ce serait bien qu’on en parle je trouve. Je vous assure que c’est important que nous échangions sur ce que vous ressentez vraiment. Vous ne devez pas retenir vos émotions comme vous le faites.  Laissez-vous aller, libérez-vous…
Vous vous sentez comment au juste? Coupables?  En colère? Déçus? Vides? Vous m’en voulez un peu peut-être? C’est tout à fait normal. Vous devez savoir que toutes ces réactions sont saines, naturelles. Vous devez aussi savoir que je ne vous en veux pas. Enfin pas trop.
Je dois par contre être tout à fait honnête avec vous : vous avez manqué un concert exceptionnel. Intime, chaleureux, convivial et, il faut bien l’avouer, d’une qualité artistique incomparable. Avec juste ce qu’il faut de trac et de maladresses.  Bref, un moment comme je les aime. Comme vous l’auriez aimé sans doute. Si vous aviez été là. 
Mais vous n’y étiez pas, à ce tout premier concert formidable.
Et il n’y aura plus jamais de premier concert de Stef!Vous l’avez raté. Vous êtes passés à côté comme on dit. Je sais, je sais, vous allez dire que ce n’était pas votre faute, que vous aviez une vraie bonne excuse : c’était le pont, vous beau-frère se pacsait en Vendée, votre estomac dansait le flamenco avec un concombre suspect, vous étiez effondrés d’avoir perdu les 23 millions du super Jackpot au tirage du Loto… 
Mais pourquoi? Pourquoi cherchez-vous à nier l’évidence? Vous étiez prévenus, vous auriez pu vous organiser. Je pense que vous devez faire preuve de courage et affronter la réalité: vous avez raté mon premier concert et c’est entièrement de votre faute.
Ce malaise, cette amertume, cette honte qui sont les vôtres aujourd’hui, vous allez devoir apprendre à vivre avec. Du moins jusqu’au prochain concert. Et non, ce ne sera pas facile. 
Peut-être que télécharger l’album, ou l’écouter (gratuitement!) sur Deezer, vous aidera à apaiser momentanément vos souffrances. Je le souhaite. N’hésitez pas à l’écouter plusieurs fois si ça vous fait du bien. De mon côté, je vous promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’il y ait très vite d’autres merveilleux concerts auxquels vous pourrez assister et qui vous aideront à dépasser cette épreuve difficile.  
Je suis contente, nous avons bien avancé aujourd’hui. C’est important que nous puissions communiquer ainsi, vous ne trouvez pas? Je suis soucieuse que vous vous sentiez libres de venir me consulter quand quelque chose vous tracasse. Donc nous sommes bien d’accord? A partir de maintenant, on se dit tout!