54. Ma chanson est en carton, pirouette, cacahuète!

Je l’ai! JE L’AI! 
Si vous saviez comme ce fut long d’attendre pour vous écrire la nouvelle. Je trépignais d’impatience. Telle Édith, je piaffais littéralement derrière mon clavier. Avant d’aller plus loin, je tiens préciser que je suis pleinement consciente de la médiocrité du jeu de mots précédent. Toutefois, on célèbre cette semaine les 50 ans de la disparition de La Môme et en tant que chanteuse à textes, je me devais de marquer le coup. C’est fait, n’en parlons plus. 
Mais je m’égare au gorille. Je vous disais donc… Je l’ai!
Là, je vous arrête tout de suite : il ne s’agit ni d’une infection urinaire, ni du 06 perso de Javier Bardem, ni même de ma place pour le concert de Juliette au Casino de Paris (parce que l’album je l’ai déjà, vous pensez bien).
Non rien de tout ça..
Je vous donne un ou deux indices? 
Il m’a  fallu 5 essais avant de l’obtenir. 
Il aura fallu un peu plus d’an de patience.
Il aura fallu des tonnes de carton recyclé.
Alors? Vous donnez votre menteuse au greffier ou bien vous avez deviné?
En plein dans le mille Odile! Mon permis! J’ai enfin mon permis! Pas le bout de carton rose décati tout moche qu’on a passé trois fois dans la machine à laver, rafistolé avec du scotch et dont la photo nous fait envisager d’avoir recours aux services d’un chirurgien voire d’un chaudronnier plastique. Celui-là vous pouvez le balancer. Le permis a subi un relooking et sans passer par la case M6! D’un format carte de crédit, le rose layette tempère subtilement le portrait digne des meilleurs photos de profils de www.rencontreunterroriste.com – inutile de vous acharner à cliquer, ce site n’existe pas et c’est fort heureux oserais-je même dire. Tout du moins je l »espère car je vous avoue que je ne suis pas aller vérifier! – une puce électronique et pour finir, un hologramme par dessus que même le Capitaine Kirk il serait jaloux: le permis est maintenant fashion, glamour et sécurisé, au point que vous pourrez le passer en cycle lavage-rinçage-essorage sans danger de dégradation!
Non, je vous parle d’un autre permis. D’ailleurs si vous suivez bien, je vous en parle depuis un an. Mon permis à moi, c’est la vidéo sublime qui illustre désormais ma chanson Le Permis (non moins sublime, il va sans dire).  Vous me direz, je n’y suis pas pour grand-chose vu que c’est Jean-Philippe Bouretz qui a fait tout le boulot de réalisation. Enfin lui et tout plein d’autres parce qu’ils sont nombreux à se cacher derrière le carton! Il n’empêche, c’est ma chanson à moi alors une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, quoique non fumeuse, je m’autorise une petite  bouffée d’orgueil.
Bon, pas trop longue non plus la bouffée parce que je ne veux pas vous faire languir plus longtemps, alors donc… Puf! Voilà qui est fait!
Place au carton, aux dessins, et à plein d’autres trucs techniques super chouettos! Mesdames et Messieurs (roulements de tambour) je suis heureuse (toussotements), émue (pause inspirée) et fière (oui, tout ça en même temps!) de vous présenter (enfin!)

Cartoune musical
Réalisation : Jean-Philippe Bouretz
Vous aimez? Tant mieux parce qu’on compte sur vous tous pour PARTAGER! 

40. « Sans le gouvernement, on ne rirait plus en France » Chamfort

Je viens de tomber la dessus dans mon dico des citations, à  Gouvernement.
Je n’ai aucune idée de qui est Chamfort? C’est la honte. Heureusement qu’on ne m’a pas posé la question au Trivial Pursuit, j’aurais pas eu le camembert marron et celui là je l’ai en général. 

Bref, si on parlait un peu politique pour changer?
Oh, ça va! On peut bien rigoler un peu tout de même! D’autant  plus que côté rigolade, ces jours-ci, on est plutôt gâtés! On voit que Noël approche!
On nous répète à longueur de journaux que c’est la criiiiiiiiiiiiise. Mais on oublie de préciser de rire ! Ha! ha! Elle est bonne, non?  La crise de rire!
Bon.
Ca va.
J’ai compris, je remballe.
De toute façon, la politique c’est pas mon truc. Je ne suis pas une chanteuse engagée. Quel que soit le sens qu’on veuille accorder à cette expression d’ailleurs! 
…  
Je vous signale tout de même qu’en d’autres temps, elle aurait fait rire plus d’un bossu, ma crise de rire. Peut-être même que certains bossus en seraient  morts  de ma crise de rire!  Si ça se trouve, j’aurais eu un emploi stable et rémunéré de chroniqueuse à l’Almanach Vermot, en d’autres temps! Alors qu’ aujourd’hui, malgré des chansons à textes pénétrants et facétieux, une interprétation qui n’est pas sans évoquer tout à la fois Bertold Brecht et Jacqueline Maillan, et un blog au ton humoristico-désinvolte, je dois me contenter d’un piteux statut d’intermitteuse du spectacle ce qui revient à dire bénévole, ou presque. 
(Ndlr: Cette dernière phrase a été rédigée à l’attention spéciale des chroniqueurs Chanson Française de Libération qui seront un jour réjouis et chargés de rédiger ma bio illustre pour la quatrième de couv’, lorsqu’à l’instar des neiges du Kilimandjaro, la gloire me fera un blanc manteau, où je pourrai dormir, dormi, dormir…).

Bref, je suis magnanime. Je vous laisse le plaisir savoureux des commentaires, des mots d’esprits et, il va sans dire, des désaccords voire des disputes politiques tout aussi indigestes que la bûche aux marrons de la Pâtisserie Sanzoeufs, voisine de la Boucherie Sanzot pour les connaisseurs, que ne manquera pas de provoquer le joyeux spectacle de fin d’année que nous offre gracieusement le CE de la Française des Je, je veux bien sûr parler de nos amis UMPitres. Je tiens une de ces formes moi! Si j’appelais Ruquier?


En attendant l’apocalypse, la prochaine bourde de Montebourg, ou le nouveau statut conjugal de Valérie Trierweiler sur Facebook, reconnaissez que la politique c’est plutôt barbant… 


Il y a tellement de sujets infiniment plus intéressants! 

Moi par exemple!
Moi qui suis de retour du Sud Ouest! Moi qui ai donné des concerts (merveilleux vous vous en doutez!) à Cahors, Bach (ça ne s’invente pas!), et Montauban! Moi qui ai fait des rencontres (et des repas!) incroyables, je reviens quand vous voulez! Moi qui ai les musiciens les plus supers du monde! Moi dont le clip de la chanson Coming Out en LSF est enfin fini, si! Malgré moults déboires techniques, il n’est pas parfait, mais il sera bientôt en ligne avec et sans sous-titres. Guettez vos boîtes mails et diffusez parce que l’homophobie, c’est nul! En attendant, un grand bravo, à toute l’équipe bien sûr et surtout bravo, les deux mains en l’air et les deux pieds avec, à Bruno Moncelle et ses menottes magiques, une bien belle voix sans un seul mot, Bruno, des bisous de Bouche Rouge ! Moi, dont le clip de Le Permis devra encore attendre deux mois… Patience, c’est parce que c’est un véritable bijou esthétique et technique que vous réserve Jean-Philippe Bouretz, et par conséquent, un travail de titan, courage copain!  Moi qui fêterait enfin mes 40 ans en fanfare et en musique avec tous ceux que j’aime et qui pourront/voudront bien être là le 11 janvier prochain à partir de 20h, au bar de ma copine Elsa La Joie du Peuple 82 rue Alexandre Dumas, 75020 Paris, même si pour de vrai je suis née le 13 comme ma copine Valérie et ma copine Viviane! Moi qui , folle, inconsciente ou les deux, pars voir les tout derniers concerts des Malpolis, à Toulouse! Moi qui enfin, pars en Israël parce que ça m’a pris d’un seul coup, avant de chercher du travail et d’écrire de nouvelles chansons! En attendant, enfin, de joindre l’utile et l’agréable…  

Alors? J’avais pas raison? La politique, c’est rasoir. Ça me rappelle une de mes Brèves de comptoir favorite: « Moi, je vais voter écolo, parce que j’aime bien les légumes! »

Tiens, ça pourrait faire un chouette refrain… Je le note… 

A tout vite les copains!