98. En chaleur !

J- 9 Mais qu’est-ce qui m’a pris. 
Ce matin Joël Collado m’a affirmé que la canicule avait cédé la place à de violents orages. A Cancale peut-être, mais à Dieulefit il est à peine 11h et je le vois bien que le thermomètre affiche nonchalamment 34°C! Alors Jojo, avec ce genre de prévisions je te le dis tout net c’est toi qui va bientôt devoir céder la place! Car ici, d’orage, point. Je m’étais mis en tête de franchir les 100 mètres qui me séparent de  la boulangerie, après 50 mètres, j’ai renoncé. Vite fait. Enfin vite fait c’est une expression… A quoi bon un croissant par cette chaleur? A moins que…  Dans la piscine?
Dans un peu plus d’une semaine, je serai au Festival d’Avignon. Si j’osais un jeu de mot trivial, je  vous dirais même que je suis en marche pour le Festival. Trivial, je vous avais prévenu. Eh ! S’offrir un Virage à Droite au Théâtre de la Bourse du Travail CGT ça n’est pas donné à tout le monde. Certes, je ne suis pas tout le monde. Dans l’absolu, météo mise à part, j’irais jusqu’à dire que je me réjouis de retrouver les remparts. Même si je sais que ce n’est pas qu’une partie de franche rigolade. Qu’on va pas seulement retrouver les copains pour chanter du Michel Sardou et du Didier Barbelivien. Qu’on va pas seulement partager des fous rires et des tranches de melons. Qu’on va aussi se casser les ongles à coller des affiches, les cordes vocales à parader, la tête à rameuter du monde, la gueule même peut-être?  Qu’on n’aura pas le temps d’aller voir les spectacles des copains (les autres!) tellement on sera lessivés même si on se promet le contraire à tous les coins de parades. Qu’on sera peut-être bien content d’échapper à  Tu ronfles trop fort Théodore.  Qu’on regrettera sans doute de ne pas pouvoir jeter un œil à l’ Antigone de Satoshi Miyagi dans la Cour du Palais des Papes vu qu’on joue en même temps. Qu’on s’engueulera sûrement une fois ou deux parce que c’est la vie et qu’on avait bien dit qu’on laisserait pas trainer sa vaisselle sale dans l’évier parce que ça attire les mouches! Qu’on se demandera sans doute une fois ou deux si ça valait bien la peine tout ça? Qu’on se découragera d’ailleurs… un peu probablement… Tout ça je le sais. Ça me va. Je signe. Par contre les 34°C, je les avais un peu mis de côté. Senor Météo, ‘scuse…  mais ta grenouille elle a tout faux! Et moi, quelques années plus tard, je ne suis pas sûr de tenir le choc thermique. Tu me diras ça me fait un bon entraînement pour la ménopause.
Oui, voyons le bon côté des choses. Dans le Marie-Claire du dentiste fallait chercher des raisons de positiver. Chez le dentiste… tu m’étonnes! Bon. D’abord, logiquement entre marche et sauna, je devrais fondre, non? D’autant qu’on n’a rarement envie d’un veau marengo ou d’une raclette par de telles températures. Voilà qui va me réconcilier avec ma balance, nous étions un peu fâchées. Et puis désormais les théâtres avignonnais sont climatisés et on ne peut pas dire que ce soit un luxe. La mairie ne pourrait-elle songer à faire climatiser ses rues? Oh ! Je ne dis pas toute l’année bien sûr, mais ne serait-ce que pour la durée du Festival? C’est que j’appréhende un peu de défiler en Stéphanie de Morano… Oh j’assume le personnage ! Disons…  à peu près!  Mais de la Place de l’Horloge à la rue de la Bonneterie, le tailleur cintré, doublé, à manches longues je l’assume moins ! Même s’il est vrai que j’ai choisi une petite cotonnade estivale pour les parades. Toutefois, j’ai pris la liberté de remiser ma marmotte et mes collants. Je ne pense pas qu’on m’en tienne rigueur. Du moins je l’espère. S’il y avait des plaintes, j’aviserai. Le maquillage par contre risque de couler…. Si le style coulure Ripolin est actuellement en vogue je risque de connaître mon petit succès…. Sinon…. je pourrais peut-être faire passer ça pour une nouveauté dermatologique?
C’est un spectacle de natation synchronisée que j’aurais dû présenter. Un maillot de bain et basta! Bon de toute façon j’ai tout prévu dans mon sac : un thermos d’eau glacée, un spray d’eau minérale, des lunettes de soleil,  un éventail, des lingettes démaquillantes. Et puis des tracts (on ne sait jamais!). Le hic c’est qu’il risque de peser une tonne… Je vais mourir je vous dis!  Je le savais pourtant que c’était dangereux… un Virage à Droite! Tant pis! En marche!
PS : Je vous écrirai tout plein de mots purs au fur et à mesure pour vous raconter le Festival. 
Pis si vous passez dans le coin… Venez me faire un coucou…  à Droite ou ailleurs!

33. Summertime, and the living is easy…

Chers amis, figurez-vous que c’est l’été! Du moins c’est ce que prétendent les journaux féminins, mais peut-on vraiment se fier à ce type de presse, je vous le demande, Fernande? Vous me direz, sur les ondes, Joël Collado, persiste lui aussi à affirmer que l’été est bien arrivé et ce, bien que la météo semble démentir incontestablement cette information! Alors si on ne peut pas  faire confiance à la radio non plus, je pose la question : où va-t-on, Raymond?
Et pourtant, c’est bien l’été.
Revoici donc venu le temps joli des festivals et l’occasion de prendre la route pour découvrir autant de jolies communes (et de spécialités gastronomiques, ça va de soi!).

Petit tour d’horizon. 
A Laroquebrou, déhanchez-vous gaiement au Festival International de Boogie Woogie! Envie de Mojito et de salsa? C’est à Vic Fezensac qu’il faut aller! Au festival Tempo Latino, LE festival de salsa (génial, certes, mais épuisant! Mesdames, si comme moi vous aimez trémousser votre adorable popotin, suivez-mon conseil, oubliez donc de faire les belles et de risquer une entorse, renoncez donc au talons hauts!). A Courzieu, alliez la culture et l’agréable: chansons, théâtre, et fromage au chouette Festival des Fromages de Chèvres de Christian Paccoud (faites-moi confiance, y’a que des copains sur scène!). Si vous tenez absolument à passer par Avignon, bon courage les amis! Commencez par éviter soigneusement les très prometteurs Ma voisine ne suce pas que de la glace ou Faites l’amour avec un Belge et aux 1300 spectacles annoncés dans les remparts, préférez la jolie programmation de Villeneuve en scène! C’est juste en face, il fait plus frais, il y a de la place aux terrasses des cafés, c’est plus intime, et beaucoup plus calme! Profitez-en pour visiter, c’est ravissant! Et puisque vous êtes dans le coin, ne manquez pas de passer par Barjac pour (re)découvrir Chansons de paroles ou par l’Ardèche avec son Festival de la Pleine lune, sans oublier le théâtre de plein air avec les Fêtes Nocturnes de Grignan du côté de chez cette bonne vieille marquise, j’ai nommé Madame de Sévigné.

Et puis encore tous ces petits festoches inattendus que vous découvrirez par hasard sur le chemin de vacances! Prenez-le temps de faire un tour!

Pourtant, cette année, vous aurez beau chercher, vous ne verrez annoncée Stef! nulle part: ni du côté de Bessines-sur-Gartempes ni de celui de Naujac-sur-Mer.
C’est désolant, je vous l’accorde mais il est inutile de vous répandre comme vous le faites en sanglots incompressibles, reprenez-vous que diable! Un peu de dignité! Comme vous, je suis un peu triste, forcément, mais au moins je sais me tenir!
Et puis que chacun se rassure: ce n’est que partie remise. Disons sobrement que, telle le soleil, j’aime à me faire désirer cette année et on appréciera au passage la beauté et la modestie de cette métaphore astrale… 
Notez que le bon côté, c’est que ça va me laisser du temps.
Du beau de préférence.
Quoique j’ai l’impression que, côté météo, il ne faudra pas faire trop la difficile cette année, n’en déplaise à ce bon vieux Jojo Collado…  Mais mieux vaut prévoir un maillot de bain tout de même, on ne sait jamais!
Eh! C’est bien beau d’avoir du beau temps, encore faut-il savoir quoi en faire!!! Je ne peux tout de même pas passer l’été simplement à me prélasser au bord de la piscine, en sirotant des cocktails coco-rhum-pastèque et attendre l’heure de l’apéro? Quoique?

Non, non et non! Un peu de discipline! Dis donc Stef! tu t’imagines que tu vas te la couler douce? Laisse moi-te dire une chose, puisque cette année tu ne pousses tes chansonnettes ni en Champagne, ni en Auvergne, ni en Lozère, il ne te reste plus qu’à sortir papier, crayons (et gomme!) pour pondre de nouveaux opus! Allez hop! Au boulot!
Qu’est-ce que tu crois? C’est l’été : pas les vacances!!!