127. Déconfiture…

C’est affreux. Je crois que j’ai raté mon confinement. J’aurais dû être plus vigilante, prendre plus de précautions. Certes je suis restée consciencieusement cloitrée chez moi à quelques courses près et pour lesquelles je n’ai pas manqué de remplir mon attestation, je me suis masquée en sortant, lavé les mains en rentrant, j’ai tapé des mains (propres !) à la fenêtre et j’ai même fait un peu de bénévolat… Mais pour le reste, zéro, j’ai tout foiré.
C’est hier soir que l’évidence m’est apparue brusquement alors que je faisais défiler les photos parfaites de ma timeline Instagram. Résultat, je n’ai pas fermé l’œil de la nuit. Depuis hier soir, je n’ai pas le choix, je dois regarder la réalité virtuelle en face : j’ai la loose du confinement. Chacun de mes gestes ne fait que me confirmer mon échec. Ce matin par exemple, j’enfile mes baskets pour aller courir, comme tous les jours ou presque depuis 8 mois. Hors le 23 mars, de nombreux parisiens confinés se sont eux aussi découvert des dispositions pour le jogging, le running ou le footing – tous les goûts ing sont dans la nature. Ils se sont littéralement mis à courir les rues alors que pour moi, confinement ou pas, ça n’a rien changé à mes habitudes. La loose je vous dis… De retour de mon déplacement bref, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour de mon domicile, j’ai pour habitude de prendre un café dans lequel je verse bêtement un peu de lait. Grâce à ma timeline, j’ai réalisé que je n’avais pas profité de ma réclusion à fond. J’aurais vraisemblablement pu m’entrainer à dessiner des cœurs, des fleurs, des étoiles ou des cochons d’Inde dans la mousse du lait flottant sur mon café et même, rivaliser avec les meilleurs baristas de chez Starbucks en écrivant mon nom au marqueur sur ma tasse. Mais non, je suis passée à côté. Et ce n’est pas le pire. Il m’arrive parfois de grignoter une tartine avec mon café, ce n’est pas systématique, mais enfin ça m’arrive. Eh bien croyez-le ou non, tout au long de ces huit semaines, que ce soit pour mes tartines ou autre, je n’ai jamais pétri ma propre pâte à pain. Pas une seule miche. L’idée ne m’a même pas effleurée. Je suis systématiquement allée (masquée) m’approvisionner à la boulangerie en Tradition, baguette aux céréales ou pain bûcheron. A l’occasion, j’ai peut-être sorti moi-même une ou deux baguettes du congélo, mais encore une fois, jamais je n’ai fait mon propre pain que ce soit au four, à la machine à pain ou au sèche-cheveux. J’ai honte. 
Et ça ne s’arrange pas au moment de sortir de ma douche, la tête enturbannée dans ma serviette, je regrette aussitôt mon shampoing et mon après-shampoing. Qu’est-ce qui m’a pris de me laver les cheveux ? Encore une fois, j’ai succombé à l’appel fourbe et vicieux de l’hygiène plutôt qu’à celui vivifiant quoique graisseux de la cure de sebum. Dire qu’en plus du bonheur de voir ma tête se couvrir de neige, j’aurais pu avoir le plaisir de la voir se couvrir d’un bloc de margarine… Si ça se trouve, à l’heure du dîner, je n’aurais eu qu’à essorer une mèche de mes cheveux au-dessus de la poêle pour faire revenir un oignon ou des poivrons… Si au moins j’en avais profité pour fabriquer mes cosmétiques moi-même, mais même pas ! Et voilà, ça aussi, c’est raté. 
Sans compter que je me suis obstinée à porter un soutien-gorge (allez donc faire du jogging/running/footing sans soutif !). Mais pendant que je m’accrochais à mes bretelles, le No Bra a fait de plus en plus d’adeptes chez les confinénés, au point qu’on recycle aujourd’hui les push-up en masques et qu’à défaut de FFP2, on se protège désormais avec une touche de glamour grâce à Aubade, Etam ou Darjeeling. Sauf les recalées du confinement comme moi qui portent leur soutifs à l’ancienne, sur leurs nichons de looseuses. Je vous assure, j’ai les glandes. 
Quand je résume, je n’ai pas relu Proust. Je ne me suis pas mise au yoga. Je n’ai pas arrêté de fumer. Je n’ai même pas essayé de m’y mettre. Je n’ai pas pris 5 kilos. Je n’ai pas découvert la magie du Château de Versailles en ligne sur mon écran 16 pouces. Je n’ai pas regardé La Casa del Papel. Je n’ai pas écouté le concert de Christine and the Queens en live sur Insta (ni celui des Clés de Sol à Molette).  Faute de travail, je n’ai pas été en télétravail, faute d’enfants, je n’ai pas revu le programme de CE2 et faute de jardin, je n’ai pas taillé mes rosiers ni éclairci mes carottes. Je ne connais même pas le cours du navet dans Animal Crossing. Je n’ai pas tenu mon Journal d’une du Confinée mais à ma décharge, je n’ai pas de colline ni de tilleul en bourgeon comme Leila Slimani. Je n’ai pas non plus les anticorps qui immunisent Madonna pour sortir faire une balade en bagnole. Je n’ai pas écrit de chanson sur le confinement. Je n’ai pas fait de buzz sur le Net. Je n’ai pas nettoyé les plinthes. Ni derrière le lavabo. Je n’ai pas brassé ma propre bière. Je n’ai pas exploré  les bienfaits du feng shui. Je n’ai pas carrelé ma salle de bain en jaune de Naples. Je n’ai pas fabriqué une tour Eiffel en dés de Mimolette. Je n’ai pas organisé une manif du 1er Mai avec des Playmobils. Je n’ai pas fait du ski sur mon plancher. Je n’ai pas jonglé avec des rouleaux de papier toilette. Je n’ai  même pas été foutue de savourer la volupté de l’ennui.
Faut être lucide, j’ai tout foiré. Je suis une minable, une moins que rien… J’ai raté mon confinement dans les grandes largeurs !  Tout le monde en a profité pour se reconnecter avec son être intérieur, se cultiver, se détendre et se sublimer et moi… oualou ! Je suis resté moi. J’ai tellement honte que quand ce confinement sera enfin terminé, je crois que je n’oserai même pas sortir… Ou alors masquée, à la limite !

67. Fréquentations à la hausse

Depuis quelques jours, ma vie n’est plus la même. Je fréquente des people. Oh bien sûr, je me doutais bien que ça finirait par arriver un jour. Quand on travaille, comme moi, dans le show business on a ses petites obligations. Eh bien justement, ce jour est arrivé hier. Hier! Moi qui avais toujours cru que ce jour coïnciderait précisément avec celui de mon heure de gloire, eh bien pas du tout! Résultat, je n’étais pas préparée et très honnêtement, je n’ai pas vraiment été à la hauteur de la situation. Sans vouloir me vanter, je crois même pouvoir dire que j’ai été complètement en dessous. Du moins en ce qui concerne Eric. Cantona. Vous connaissez Eric bien sûr? Au football? Vous êtes sûr que vous ne confondez pas? Je vous parle de l’acteur Eric Cantona. Enfin de Eric quoi!
Bref, voilà comment cela s’est passé. 
Hier matin donc, je sortais dans la rue pour aller acheter du pain car les artistes méconnus ont une vie quotidienne assez peu exaltante et achètent le pain eux-mêmes sans que – hélas! –  NRJ12 ne diffuse l’évènement en direct. Ce n’est pas – plus que hélas! –  le cas des people pour qui acheter le pain devient « Pour que Nabila achète une baguette pas trop cuite tapez 1, pour qu’elle prenne une Tradition, tapez 2 ».
Je cheminais mollement donc et profitais du soleil dont les rayons rendaient joli ce matin de septembre et la vie en général. Hasard heureux, le soleil rendait aussi très joli le monsieur qui venait à ma rencontre. « Tiens, un beau mec qui vient à ma rencontre! » me dis-je alors en moi-même, savourant une fois de plus la délicatesse de la langue française. Mais au moment précis où le beau mec me dépasse sans même m’avoir demandé mon 06, j’exécute un double take magistral et réalise que c’est LUI. Je réalise aussi qu’exécuter un double take peut vous ruiner le cou.
Me voilà donc plantée au milieu de la rue avec un people!!! Que faire? Que dire? En moins d’une seconde mon esprit s’embourbe dans la semoule et je laisse échapper malgré moi : « Mais … oh.. c’est vous? Je ne vous avais pas reconnu » Minable, tarte, irrattrapable. Ma répartie ne peut passer ni pour une marque d’humour ni pour une marque d’admiration. Ma répartie ne passe pour rien en somme. Mon esprit sort deux secondes de ses flocons d’avoine, juste le temps de remarquer que même Nabila aurait fait mieux, tapez-moi. Pour achever d’être parfaite dans le ridicule, je ris bêtement. Hihihi. Hihihi. 
Eric, quoique ancien footballeur, n’est pas un mauvais bougre. Il vient à ma rescousse. Il me tend bravement un « Eh oui, c’est moi… C’est bien agréable ce soleil ! ». Mon esprit, qui ne s’attendait pas à cette marque de gentillesse inattendue, pédale de nouveau joyeusement dans le porridge. Je redeviens niaiseuse. Je bégaye, je me contorsionne, peut-être même que je bave je ne sais plus. Je finis tout de même par répondre « Oui… Très. » que je crois bon de gratifier de moult hihihi supplémentaires.
Pa-thé-tique!

Cette première rencontre s’est terminée sur un « Au revoir » amical et furtif de Eric qui, noble prince a eu l’élégance de s’en aller, écourtant ainsi à la fois mon malaise et cet échange misérable. Certes, j’ai eu la présence d’esprit de ne pas lui demander de faire de selfie, mais tout de même… Que va-t-il penser de moi quand on se verra la prochaine fois chez Drucker?

Le soir j’étais invitée par mon metteur en scène et néanmoins ami Laurent à une petite sauterie. Il n’est pas connu mais bon, j’y suis allée quand même. Cela se passait au Stade de France. Beyonce et Jay-Z, son mari râpeux, avaient invité quelques amis pour une réception sans façon. Il n’y avait que les intimes, environ 60000 personnes. C’était une soirée très simple. Il faisait beau et la soirée avait lieu en extérieur. A peine sortis du RER nous sentions déjà le doux parfum des merguez, des frites et du graillon que promettaient un barbecue à la bonne franquette, le genre 10€ c’est pas cher avec ou sans moutarde? Très décontractée, Beyonce nous a accueillis en personne, à peine habillée, sans chichis, comme tombée du lit sanglée dans son corset noir, en cuissardes et bas résille. Là encore, je dois bien reconnaître que je n’étais pas au niveau. Vestimentaire certes, mais je parle surtout de hauteur. Vers 18h30, alors que timides, Laurent et moi foulons la Pelouse d’Or de notre amie BeBe, ou la fosse si vous préférez, du haut de mes 162 centimètres, je suis sceptique. A vingt mètres de la scène, nous sommes idéalement placés pour apprécier le spectacle. Sauf que pour ma part je suis entourée de jeunes femmes, black pour la plupart, dont je vais semble-t-il pouvoir apprécier les extensions capillaires toute la soirée. Je vais même pouvoir manger lesdites extensions de certaines et découvrir quel goût a l’acrylique. Qu’importe, je suis là pour voir Beyonce, et rien ne gâchera mon plaisir! Nos hôtes doivent certainement avoir des problèmes avec le traiteur car le concert initialement prévu à 20h, ne commence finalement qu’à 21h. Depuis 2h30 Laurent et moi, l’un quinqua, l’autre quadra, ballotés tous deux de droite et de gauche entre dreadlocks et coupe afro,  nous demandons déjà si nos pieds et nos dos survivrons à cette petite sauterie.

Enfin, nos hôtes apparaissent, respirant l’amour et la mousse coiffante. Les autres invités sans aucune réserve, poussent alors des vagissements hystériques. Tout à coup, un champ de portables surgit au-dessus des têtes. Je ne vois désormais plus rien. Sans doute ces braves gens, n’ont pas comme moi l’habitude de fréquenter les people. Grâce à Eric, je sais désormais me tenir. Un sourire sobre suffit pour faire comprendre à B & J que je les remercie de m’avoir conviée à cet évènement.
Les maîtres de maison nous font la surprise d’un concert impromptu avec projection de leurs photos de vacances en bateau et de la petite Blue Ivy. C’est charmant, on a comme l’impression de faire partie de la famille. Beyonce sait vraiment recevoir, elle n’en finit plus de faire la fête : elle chante, elle danse et je suis véritablement sous le charme de la voir ponctuer la soirée de ses effets capillaires majestueux tantôt à droite, tantôt à gauche. Beyonce passe négligemment d’un ventilateur à l’autre et c’est moi qui suis soufflée de la voir exécuter une capilloregraphie décoiffante. Je suis subjuguée. J’apprécie moins la verve de son mari qui arpente le podium, exhibant sa joaillerie et ponctuant chacune de ses interventions de Fuck bitch! et autres Shit nigga. Entre nous, je lui trouve mauvais genre. Je me demande s’il ne se drogue pas? Je dois pourtant admettre que je ne le connais pas aussi bien que son épouse…
Pour finir, Laurent et moi ne voulions pas nous imposer, nous avons donc poliment pris congé, les pieds en feu et le dos en meringue, autour de 23h30.
Quand même, les soirées des people c’est autre chose. Bon, B&J auraient pu prévoir un taboulé, deux ou trois quiches lorraine et un petit blanc pour leurs invités. D’un autre côté, nous aurions pu y penser et ne pas débouler les mains vides. Je ne manquerai pas de me rappeler ce détail quand Johnny m’invitera à son anniversaire.

Ce soir-là, une autre amie fêtait elle aussi son anniversaire à deux pas du Stade de France. Elle est comédienne elle aussi. Je n’y suis pas allée. Elle a beau être très sympathique, personne ne la connaît!