112. Au nom du Rose

Mais qu’est-ce que je fais ici? On est dimanche, il est 10h30, il pleut, j’ai froid et je piétine sur un hippodrome au milieu d’une foule en T shirt rose  depuis 20 minutes. Sur un podium à quelques mètres, un énergumène survolté hurle des propos inaudibles dans un micro tandis que dans le lointain, rugissent les basses de Alright  de Jain. Je pourrais être tranquille au chaud sous ma couette à regarder la saison 6 de Orange is the New Black, mais non. Qu’est-ce qui m’a pris? En plus, Taystee vient de se faire coller le meurtre de Piscatella sur le dos et moi je la laisse tomber pour piétiner sous le crachin de l’hippodrome de Vincennes. Et on ne peut pas dire que j’évoque en quoi que ce soit le noble et fier étalon, plutôt la tête du balai à franges d’un agent d’entretien, quoique… Je piaffe d’impatience qu’on annonce enfin le départ. Car si je me suis levée à 8h un dimanche, si j’ai traversé le Bois de Vincennes à vélo sous la pluie, si je me gèle depuis vingt minutes entourée des membres joyeux du CE du cabinet d’experts comptables Grison, c’est que je me suis mis en tête de participer aux 5km allure libre de Odyssea, ensemble contre le cancer du sein. 
Sur le moment ça m’avait semblé une bonne idée. Mais là tout de suite, alors que j’attends désespérément que le Thierry Roland des supérettes arrête de hurler dans son micro pour donner le coup d’envoi, le doute m’assaille. J’aurais peut-être dû me contenter de faire un don et basta… Est-ce que je cours pour Médecins Sans Frontières? Est-ce que je nage pour l’UNICEF? Est-ce que je fais du trampoline pour les Restos du Cœur? Alors pourquoi? Certes, il y a dix minutes, quand la bénévole N° 378  du stand des dossards (juste après le Village d’entreprise, derrière le stand des montres connectées Fitbit, à gauche de celui des protections contre les fuites urinaires Tena) m’a remis le dossard 31647 et mon Tshirt, je suis devenue rose de bonheur, presque autant que mon T shirt d’ailleurs. Il faut dire qu’à ce moment-là, il ne pleuvait pas encore. Et que l’ambiance électrique ajoutait à l’excitation.
Au centre de l’hippodrome, l’énergie de Jessica et Kevin, deux coachs sportifs shootés à la dopamine et perchés entre deux écrans géants sur une scène géante que ne bouderait pas Chimène Badi pour un come back, est communicative. Ils dirigent un échauffement collectif pour plusieurs centaines de participants en transe. Le DJ balance un son de 200000 watts par enceinte, et Jessica et Kevin s’enflamment : allez la foule on lève les bras, ouaaaaais! Allez la foule on saute, ouaiiiiiiiis! Allez la foule on s’accroupit, ouaiiiiis! Chaque nouvelle instruction semble mettre les troupes roses en liesse et allez savoir pourquoi, la scène me rappelle Tintin et le Temple du soleil, lorsque les Incas vénèrent Tintin après l’éclipse. Le ciel sombre me tombe sur la tête sans doute… Autour de moi, les participants que cet échauffement laisse de glace préfèrent dégainer leurs portables et posent à tout va. Qui en T Shirt, qui devant les banderoles, qui sous l’arche de départ… L’excitation est à son comble. Une jeune femme me demande de la prendre en photo. Son visage est pâle et un foulard dissimule mal ses cheveux fins et rares.  Un grand sourire lui barre le visage. « C’est la deuxième année que je participe! C’est fou non?  » me dit-elle en me remerciant. J’acquiesce poliment. Je me rappelle alors pourquoi je suis là et rejoins la ligne de départ, résolue. Et depuis 30 minutes maintenant, j’attends, sous la pluie et les vociférations de MicroMan.  Mais je crois que cette fois on y est, c’est parti! La marée de participants au dossard jaune, ceux qui courent, se met en branle. Le flot rose semble sans fin. Après 5 minutes, le départ des dossards bleu, allure libre, est donné. Sur toute la largeur de la piste, à chacun son rythme,  nous marchons, nous trottinons, nous poussons des poussettes, nous flânons…
Pour ma part je marche. Vite. Ma montre connectée (ce n’est pas une Fitbit n’en déplaise aux organisateurs) m’informe que j’ai un bon rythme de 6,5km à l’heure et un rythme cardiaque raisonnable. Je maintiens mon allure au son de la playlist Salsa Nation de Spotify. Si mes pieds sont à Vincennes, ma tête, elle, est déjà à Bogota où je m’envole dans dix jours. Dix minutes plus tard, entre piano, congas et trompettes, j’ai déjà parcouru un kilomètre, et j’entame le second du soleil plein les oreilles à défaut d’autre chose. Comme une heureuse coïncidence, des fanfares jalonnent le parcours, les cuivres de la première ont des sonorités latines, c’est bien mieux que Jessica et Kevin pour m’encourager et je redouble d’effort quand nous quittons l’hippodrome pour entrer dans le bois de Vincennes. La pluie se calme, une odeur rassurante de sous bois humide m’envahit en même temps qu’une vague de plaisir. Tout simplement celui de marcher… En pleine nature… Entourée de centaines de gens certes, mais avec qui je partage cette marche rose de plaisir apparemment. A la trente huitième minute, je laisse le quatrième kilomètre derrière moi. Plus qu’un? Déjà? Mes jambes fatiguent un peu, mais pas ma playlist! Anda chica! A gozar! Autour de moi, les signes de fatigue aussi se multiplient. Un dossard jaune marche en se tenant les côtes… Je dépasse un groupe d’adolescentes en jupons roses qui discute eye-liner waterproof… Dans le lointain, j’aperçois l’arche blanche de l’arrivée… Elle se rapproche… elle se rapproche… elle se rapproche… Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! Je lève les bras et éclate d’un rire libérateur! Un photographe surprend mon expression de joie infantile!  Je l’ai fait! Et en 47 minutes selon ma montre connectée! La bénévole n°2672893789 me récompense d’un sac de ravitaillement. J’ai la joie d’y découvrir une protection Tena et un kit de démaquillage offert par Yves Rocher. Merci Tena! C’est exactement ce dont j’avais besoin après 5km ! Merci Yves! Les adolescentes derrière moi te seront surement reconnaissantes ! Heureusement, Courmayeur est plus diplomate et plus clairvoyant, il m’offre une bouteille d’eau.  Je bois goulument et me dirige, à pas lents maintenant et un peu sonnée, vers la sortie de l’hippodrome. Un sentiment de fierté me gonfle la poitrine ou plutôt les seins. Parce qu’aujourd’hui, j’ai bougé mon cul pour mes nénés et c’est pas rien.
Je remonte sur mon vélo. Google Maps m’annonce qu’il me reste encore 8,5 km à parcourir avant de rentrer. Je pédale vaillament. Une douche bien chaude m’attend à la maison, ça aussi c’est une bonne cause!

Courses à Paris, Toulouse, Nantes, Dijon, La Réunion etc…
Pour participer l’an prochain, toutes les infos sur www.odyssea.info

Odyssea 2018

105. Crise de neige

Je reviens de vacances. Enfin je reviens. Y a trois semaines déjà. Huit jours de repos, de bien être, de dépaysement total et parfaits. Plage? Farniente? Tropiques? Que nenni ! C’est en Suède que je suis partie, ce pays dont Strindberg, Bergman, Vilhelm Moberg, Henning Menkell et Ikéa m’ont tant fait rêver. Un voyage en plein cœur de l’hiver, entre le cristal et le verre comme dit l’autre. C’est chouette quand un rêve devient réalité. En mieux. J’ai fait le tour d’un archipel, j’ai mangé du hareng, j’ai gravi des tertres funéraires enneigés que j’ai dévalés avec une joie enfantine sur les fesses, j’ai marché sur un lac, j’ai dégusté des kanelbulle, j’ai vu des rennes et des loups, j’ai fait du patin, je me suis baignée dans un lac gelé, j’ai couru me réchauffer dans un sauna avant de recommencer (!) et puis je suis rentrée, heureuse d’avoir vu de mes yeux un pays où je n’avais voyagé qu’à travers les pages de mes auteurs fétiches. Je suis rentrée, apaisée, ravie, enrichie, charmée pour retrouver… la neige! Mais ici, la neige, le froid, le verglas, les bonnets, les écharpes et le thé bien chaud, ça ne me fait pas, mais alors pas le même effet du tout! Ça perd en poésie voyez-vous. J’ai beau me souvenir que Victor Hugo mitraillait la pauvre Fantine de boules de neige, que Zola faisait traverser une tempête de neige magistrale à la Bête Humaine, que Flaubert et Rodolphe prenaient un malin plaisir à faire poireauter Emma, désœuvrée au point de regarder tomber les flocons normands derrière sa fenêtre, le charme n’est pas le même… 
Vous pourriez me répondre, philosophe que vous êtes, la neige c’est de la neige. A Paris comme ailleurs. Évitez. Parce que si c’est tout ce que vous avez pour alimenter cette conversation, alors on  frôle l’anémie verbale ! Que les choses soient claires, contrairement à la majorité des trois clients matinaux du Café Martin, je ne vais pas ici me plaindre de la gadoue dégueu qui bousille vraisemblablement les bas de pantalons et fait rouiller les chaînes de scooter (!!) et que le langage populaire désigne par bouillasse. Nos amis québecois préfèrent le terme névasse quant à nos amis Suisses (enfin ma pote Salomé) ils sembleraient avoir opté pour l’énigmatique papotche. Enfin tout ça c’est bonnet blanc et blanc bonnet – c’est le cas de le dire –  puisque ça n’est jamais qu’une espèce de soupe de neige marronasse qui couvre trottoirs et chaussées après les passages cumulés du redoux, des pneus, des piétons, des crachats, des déjections (canines et autres), et d’éventuels restes de kebab. Avouez que pour l’inspiration romanesque ou poétique, il y a plus stimulant. Quoique? Dickens ou John Fante auraient bien été du genre à faire leurs choux gras d’un(e?) bon(ne?) papotche!  Sauf que la neige à Paris, ce n’est pas (que) ça. Avant la bouillasse, c’est d’abord cette épaisse couche de meringue sur les allées et les tombes du Père Lachaise, les gargouilles de Notre-Dame, les bancs publics et les Autolib’ tandis que l’hiver saupoudre inlassablement ses flocons cotonneux (on appréciera le lyrisme).  Mais après quelques jours de cette jolie meringue, de ce vacherin éphémère et rare, la joie des enfants retombe et l’humeur des citadins s’assombrit tandis que fleurissent pénis et insanités au détour des pare-brises.
La neige de Suède était pour moi toute à la fois attendue, naturelle, romanesque, implicite et étrangement, rassurante, apaisante et revigorante. Oui, je sais ça fait beaucoup, mais j’aurais été déçue qu’elle ne soit pas au rendez-vous. A Paris, alors qu’elle s’annonce à nouveau, j’ai l’impression qu’elle voudrait prolonger sa visite comme une cousine de province, qu’elle s’incruste et je m’inquiète de la voir de s’installer durablement. Elle me rappelle que le printemps est encore loin et derrière ma fenêtre, je compte les jours qui me séparent des premières jonquilles du Square Joseph de Champlain comme Emma Bovary comptait ceux qui la séparait de Rodolphe…

 
Gamla Uppsala

Paris

83. Train d’enfer

Vendredi dernier je prenais le train. J’aurais pu prendre la mouche, mais je ne verse pas dans l’entomologie, les insectes me dégoûtent. Ça rampe, ça pince, on ne sait pas où est la tête… Beurk! J’aurais pu prendre le large mais c’est comme les insectes, les fonds sous-marins me flanquent la frousse. Ça colle, ça pique, on ne sait pas combien d’yeux vous regardent… Yeark! J’aurais pu essayer de prendre la lune par les dents. J’ai toujours eu le goût des missions impossibles. Et puis c’est joli la lune. Rien d’angoissant… Rien de dégoûtant…
Mais non. Rien de tout ça. A la place, j’ai pris un bête de train. Un Paris-Metz tout simple. Rien de très exotique en somme. Metz pour l’exotisme, ce n’est pas Bangkok. Quoique les deux villes aient en commun d’avoir une longue saison des pluies. Et deux ou trois sex-shops. Mais je m’égare. De l’Est forcément.

Le train TGV 2209 partait à 13h40 de la voie 8.
Ils, comprenez deux trolls blonds, sont arrivés se tenant par la main, l’air émerveillé et fourbe de deux chérubins. Pour le soleil, comme je viens de le dire, nous partions pour Metz donc il pleuvait des cordes. Quant à demander… Je dirais plutôt que les parents ont crié: « C’est ici la voiture 18? » Là, je me suis dit ça va faire mal. Ça va faire très mal. Les portes automatiques se sont fermées, Dans les yeux du monsieur face à moi, j’ai pu lire la panique. Nous étions pris au piège. Le train était bondé. Nous ne pouvions plus nous échapper, ni changer de place. Dans le wagon, les deux trolls avaient été rejoints par d’autres spécimens de moins d’1m12. Nous allions devoir être forts et voyager en période de vacances scolaires.

Sur  les 330 km qui nous séparaient de Metz, les trolls ont successivement changé de place une demi douzaine de fois, ils ont colorié et perdu le crayon orange et le marron, ils se sont disputés, ils ont fait un aller retour aux toilettes, ils ont crié, ils ont joué au Pokémon et renversé leurs cartes dans le wagon. Quoiqu’en vacances, ils ont mangé des Petits Ecoliers  de Lu, ils ont envahi le couloir, refait un aller retour aux toilettes, un troll s’est pincé (3 fois!) le doigt dans la tablette pliante du siège de Maman et a pleuré abondamment et surtout bruyamment, pendant que l’autre renversait sa  brique  de jus de fruit sur son pantalon et se mettait à pleurer à son tour. Ce dernier a rerefait un aller retour aux toilettes, pour se nettoyer, forcément. L’un d’entre eux (je ne sais plus lequel) nous a interprété plusieurs extraits de l’œuvre de Henri Dès, pendant qu’un autre écoutait en boucle Petite poule cherche un ami sur sa tablette. Au cas où cela vous préoccuperait, Petite poule initialement très timide se révèle très sociable et se lie d’amitié avec quasi toute la basse-cour sauf une pintade noire. Ses nouveaux amis finissent même par organiser une espèce de super fiesta en son honneur où le picotin et le lait coulent à flot. Personnellement, j’ai trouvé l’attitude de Petite poule limite. Sa timidité ne devrait-elle pas l’inciter à faire preuve d’un peu plus de tolérance? Que lui a fait cette pintade au juste? Peut-on juger une pintade seulement sur sa couleur?
Enfin pour en revenir à nos trolls, je salue leur performance et leur énergie. En 1h30 de voyage à peine, je serais bien incapable d’en faire autant. A part pour ce qui concerne les allers retours aux toilettes peut-être.
Ceci étant, je ne leur jette pas la pierre, ce ne sont que des trolls. Le train c’est l’aventure! Comment rester en place? Moi non plus je n’étais pas une petite troll modèle, loin s’en faut! Petite fille, lorsque je me rendais à Metz chez mes grands parents, le trajet ne durait pas 1h30 mais 3 bonnes heures en compartiment fermé. Rétrospectivement, je réalise que j’ai dû en réjouir des voyageurs de commerce avec mes Barbie, mes Pif Gadget et mes Scoubidous !
Quand on y pense, tout ça c’est une question d’éducation. Ce sont les parents des trolls qui sont mal élevés. Non mais sans blague! Ils se croient tout permis ces parents! Ils croient qu’ils peuvent lire leur journal, dormir, bosser sur leur ordi ou passer un coup de fil sur la plateforme et laisser leur petit troll livré à lui-même, en liberté dans le wagon avec un Tom-tom et Nana, une tablette et deux Pepito? Parfois, dans un accès d’autorité, l’un d’eux s’écrie : « Tiens toi tranquille!!! Tu n’es pas tout seul! » pour que tout le wagon entende bien comme il est un parent consciencieux.
La palme revient sans doute à cette maman dont le bébé pleurait dans le train vers Montélimar. J’étais assise dans l’un des espaces de quatre places avec deux autres voyageurs. La dame s’est levée, nous pensions qu’elle allait le promener, le nourrir, peut-être le changer dans l’espace dédié…. non! Elle a tout simplement changé la couche de son nourrisson sur la table devant nous, ahuris….  et dégoûtés!!
Quand je vous dis que ce sont les parents! C’est vrai que je n’ai pas de troll. Mais tout de même, j’ai le sens de l’observation. Et dans les trains, je croise parfois des trolls sages comme des images. Ils ont un point commun : leurs parents sont très bien élevés. Je veux dire que pendant le voyage, ils s’occupent principalement de leur troll et non pas d’eux-mêmes. Ils lui racontent des histoires, ils jouent avec lui ou regardent un dessin animé, et le petit troll ne s’ennuie pas, il est sage. Résultat, les voyageurs ont la paix. Si tant est que leur voisin n’écoute pas Maître Gims à bloc dans son casque audio ou qu’il ne téléphone pas à son laboratoire médical pour connaître les résultats de ses analyses d’urine.
Accessoirement, les voyageurs peuvent même en profiter pour revoir leur texte tranquille et éviter d’avoir des trous de mémoire pendant toute la représentation du soir… 

81. Terrassée…

Aujourd’hui, c’est mardi. Paris pleut. Ou plutôt, Paris pleure. Moi, j’en ai assez de pleurer. Assez de promener ma peine le long du macadam entre les fleurs, les hashtags, les paraboles des camions des télés internationales et les bougies. Assez depuis trois jours, de cette envie de vomir, de ne pas pouvoir dormir et de ce funeste refrain qui me tourne dans la tête Ah… Ah… Ah… Je me sens pas bien. Ah.. Ah…. Daech ça craint. Pour une fois que j’ai rien bu, j’aurais peut-être dû… Pourquoi je me sens si mal? 
Facebook m’a suggéré de me peinturlurer en bleu, blanc, rouge. Twitter m’a conseillé de mettre une bougie à ma fenêtre. Instagram m’a encouragée à boire des coups en terrasse. Le Président de la République m’a incitée à faire une minute de silence. Et même, de New York à Londres en passant par Le Caire et Berlin, le monde entier a tenté de me consoler en me chantant la Marseillaise. 
Tout ça, c’est gentil. Mais vain. Rien ne marche. J’ai toujours mal. Là. Juste ici, vous voyez? Du côté du cœur. Du côté de ma France. La télé a dit que c’était une attaque. Qu’il me fallait du repos. Faut dire que j’ai des antécédents. Ça m’est déjà arrivé en janvier. D’ailleurs, j’ai tout de suite reconnu les symptômes: la douleur foudroyante au creux de la poitrine, le souffle coupé, la sensation de panique, les palpitations… Je me croyais remise mais visiblement non. Pourtant, j’avais fait tout bien comme il faut. Je m’étais mise au rameau d’olivier, j’avais manifesté dans les rues pour faire de l’exercice, j’avais résilié mon abonnement à Biba pour éviter les émotions trop fortes et j’en avais pris un à Charlie Hebdo, dont la lecture était chaudement recommandée pour ma convalescence. Je commençais à me dire que, si je n’étais pas totalement guérie, du moins j’avais survécu au choc et qu’avec le temps, la douleur finirait par s’atténuer. Et puis sans prévenir, la voilà qui se réveille! Pour de vrai! Atroce, injuste et fulgurante! A cause d’une bande d’illuminés qui se sont mis en tête de tourner un remake sanglant et pourri de Timbuktu au coin de la rue. Ça fait mal je vous dis! Tellement mal! Je voudrais bien crier mais ça demande trop d’effort et je me sens curieusement vide.
Je me sens seule aussi. Même au milieu des gens que j’aime. Même au milieu de tous ces inconnus que j’ai envie d’aimer. C’est ma ville ça? Vous êtes sûrs? Pourtant je vous jure que les rues, les arbres, les gens ne sont plus les mêmes. Je me sens perdue dans ce Paris de lendemain d’apocalypse. Malgré toutes ces formidables démonstrations patriotiques, aussi belles et émouvantes soient-elles. Avec mon p’tit bouquet et ma p’tite bougie je sais pas de quoi j’ai l’air mais une chose et sûre, je ne suis pas très vaillante.
Alors ce soir, bon gré, mal gré, je prends la direction de la terrasse du Mange Disque. Pas parce que c’est politique ou militant de s’asseoir en terrasse pour boire du Chiroubles. Ni pour chier à la gueule de ces cons d’enfoirés de terroristes. C’est pas mon truc la scatologie. Non. C’est plus simplement parce que ça fait chaud de retrouver les copains et que là tout de suite, j’ai besoin de pleurer encore un tout petit peu au creux de leurs bras. Et puis en plus, l’intérieur du Mange Disque c’est tout petit et en terrasse, y a plus de place!
Au Mange Disque c’est le bar de mon chouette copain RV dans le Marais. En arrivant ce soir, je l’embrasse, je l’aime un peu plus fort que d’habitude et puis je lui commande un Martini. Je le laisse choisir la couleur et se moquer gentiment de moi. Ce soir, un autre chouette copain d’amour, l’Artiste Pitre, un artiste dingue un peu peintre, vernit ses sacs et nous on est là, fidèles au transistor, pour boire des coups, écouter Luna Parker, et nous empiffrer de Car en Sac (parce que Pitre il vernit ses sacs, pas des tableaux, mais j’ai compris la blague que après plusieurs Martini). Pendant que Daniel, Alexis, Jessy  descendent allègrement les vodkas cranberry, je me dis que la vodka c’est dégueulasse, mais quand même, c’est moi qui suis vernie de pouvoir me réchauffer et rigoler dans les bars et les bras des copains. C’est rien peut-être. Mais c’est bien.  
Et puis… y a Romain qui débarque. Le mien à moi. Il est pas beau comme un soleil, mais je l’aime pareil que Brel aime Frida. Parce qu’avec lui, même les mots sont parfois de trop. Parce qu’avec lui, je peux pleurer sans compter les kleenex. De rire, de chagrin, ça dépend… De la vie ou du film… Romain est là. Avec moi. Nous sommes en terrasse. Je n’ai pas peur. Je me dis simplement que la peine, c’est comme la vie, la musique, les verres d’Irancy et le saucisson, c’est meilleur quand on partage. 
Et quand ça ira mieux, on retournera dans les théâtres, les musées, les salles de concerts et pourquoi pas allez, même dans les stades!
Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment comme nous d’un aussi grand amour. 
Jacques Prévert dans Les enfants du paradis