130. Rentrée au bercail

D’habitude, j’aime bien ça, moi, la rentrée. Retrouver mon petit chez-moi, demander des nouvelles du quartier à la concierge. Ou l’inverse. J’aime bien ça, reprendre mes petites habitudes, d’habitude. Faire mon jogging du matin… écrire mon blog… aller chercher ma baguette bien cuite à la boulangerie… Parfois, le bronzage éclatant en bandoulière, je pouffe même sournoisement, entre les croissants et les pains aux chocolatine, devant le teint meringue immaculée de la vendeuse… 
Tous les ans, histoire de remplir le frigo resté désespérément vide pendant que je m’empiffrais à l’autre bout de la France de brochettes, de gambas, de glaces ou de gaspacho, je retourne mollement au supermarché. Sous les néons du Monoprix, je me sens à l’étroit et je regrette le brouhaha et les couleurs des marchés ensoleillés de la Drôme. Un léger parfum d’huile de Monoï et de  bougies anti-moustiques persiste entre les allées et me ramène un instant dans le Sud jusqu’à ce que l’odeur caractéristique des cartables et des cahiers neufs me submerge et me fasse dare-dare retomber en enfance. Du Sud, je me retrouve direct sur les bancs de l’école de la rue de Passy et si je ne fais pas attention, au lieu de mon café et de ma lessive, je me retrouve avec un lot de cahiers A5 grands carreaux et un kit équerre/rapporteur et je suis même à deux doigts de rédiger un exposé sur Napoléon Bonaparte ! 
La rentrée d’habitude, c’est encore le plaisir, enfantin lui aussi, de retrouver les copains. Les Cartes Panini cèdent la place à celles des restos et autour des tables, on est excités tout pareil de se retrouver pour se raconter nos vacances et on rigole aussi fort que dans la cour de la rue de Passy même si on frime un peu moins qu’à la récré. Personne ne va plus voir les vaches chez son Pépé (forcément ! Des Pépés, on en a moins), faire de super chasses au trésor à la colo de Prénovel-les-Piards, ni embrasser le  prof (?) de tennis sur la bouche… Enfin ça, peut-être bien que si… Non. Maintenant, on est un peu comme Astérix, pour les vacances, on va chez les Corses,  les Savoyards ou les Bretons vu qu’on n’a plus trop le droit de passer les frontières, on ne bouffe pas de sangliers rôtis arrosés de cervoise mais on n’en est pas loin vu la gueule du barbecue (et d’ailleurs, on revient souvent avec un ou deux sangliers sur les hanches !), on se promet tous les jours d’aller marcher le lendemain mais plutôt que d’aller faire le GR 30 au Puy de la Vache, on  fait plutôt la sieste. Cet été, en plus, on a joué à Masque ou pas masque, ça ressemble un peu au Jumanji, les règles changent tout le temps, mais c’est moins marrant…
Enfin, dans l’ensemble, on a tous passé de belles vacances ! Mais, faut dire qu’avec le printemps qu’on a eu c’était pas trop difficile…  Et puis faut dire encore qu’avec le printemps qu’on a eu, on est tous bien contents de rentrer se remettre enfin au boulot. Enfin ceux qui en ont. 
Personnellement, tout ce que j’ai, c’est ma lessive (sale), mon café et mon bronzage (éclatant). Je pourrais toujours retourner narguer la boulangère ? Mais ça va devenir moins rigolo. En plus à force, mon bronzage devient de moins en moins éclatant. Ou alors ce sont ses meringues qui sont de plus en plus foncées ? Je pourrais bien me faire un café  et laver mon linge ? Mais j’ai la flemme et puis la caféine je n’en ai pas vraiment besoin, l’énergie, on peut pas dire que je sois en manque. Faut tout vous expliquer ! C’est la rentrée ! Je suis reposée, je suis au taquet, là ! D’ailleurs ça fait des mois que je me repose de ne rien faire, je suis pas au taquet, je suis au taquet double ! Ça j’en ai bien profité du soleil de la Drôme, j’ai fait le plein, j’ai rechargé les batteries, je suis devenue une sorte d’engin hybride ! Je suis prête à repartir sur les chapeaux de roues ! Mais j’ai pas trop l’habitude des hybrides ? C’est normal ce démarrage tout pourri ? J’ai l’impression qu’on est un peu raplapla, non ? 
Ceci dit, une rentrée avec Bachelot en prof’ principale, ça sentait le traquenard. Tous ceux qui l’ont eu avant l’avaient bien dit : c’est un vrai boulet, avec elle, vous allez ramer… N’empêche, quand je vois mon emploi du temps, je me dis qu’ils n’avaient pas tort… Ça me déprime…  Y a des trous partout… Quant au programme, il est plutôt maigre… En plus, Roselyne, vus ses antécédents, à tous les coups, elle va vouloir nous faire faire du masque ! Enfin, ça aurait pu être pire, on aurait pu avoir Stéphane Bern et là j’aurais été obligée de l’écrire cet exposé sur Napoléon Bonaparte !

Bon allez, c’est pas la peine de me mettre la rate au Bouillon Cub ! La rentrée scolaire, c’est rien qu’une fête commerciale inventée par les vendeurs de cahiers A5 grands carreaux et de kit équerre/rapporteur pour nous mettre une pression consumériste ! J’ai peut-être pas de boulot en vue, mais j’ai toujours un bronzage éclatant, et toc !

79. Ne pas rentrer

Comment ça? Déjà? Mais… Mais non! Mon maillot n’a même pas eu le temps de sécher! Alors sous prétexte que Bison Futé voit rouge ce weekend, il faudrait en conclure que les vacances sont finies? De deux choses l’une, ou bien il n’est pas très fut’ fut’ le Bibi, ou bien il faut qu’il consulte un opticien! Le thermomètre affiche 35°C, la piscine 26°C, pas un nuage ne vient s’interposer entre le soleil et mon bronzage, les lauriers n’en finissent plus de fleurir, le teint rougeaud malgré le Bob, quelques Hollandais égarés continuent de déambuler le long des ruelles de Dieulefit, le Rosé (tiède) est encore en promo au Super U et brochettes et merguez continuent d’embaumer les barbecues alentours, c’est tout dire!
Alors ok, il se peut que Bison Futé soit père de famille et qu’il doive s’occuper de la rentrée scolaire de ses… de ses… de ses quoi d’ailleurs? Ses bisotons? Ses bisonceaux? Comment on dit? C’est bien la peine de se presser de rentrer à l’école, même Google est incapable de répondre, bravo! Bref, s’il doit rentrer remplir les cartables Minions de ses bisotrucs, qu’il voit rouge, vert ou violet le bison daltonien, ce n’est pas mon problème. J’y suis, j’y reste. Même si les melons sont (un peu) moins sucrés et que les étoiles filantes ont filé… Même si Patrick Cohen est de retour sur France Inter. Même si Amélie Nothomb publie (encore!) un nouveau roman. Même si j’ai trouvé mes impôts dans ma boîte aux lettres. Même si Marie-Claire m’aide à choisir un sac tendance pour la rentrée. M’en fiche. Pourquoi je devrais rentrer? Un sac j’en ai déjà un. Et puis je n’ai pas fini de lire Le complexe d’Eden Bellwether. Nous sommes d’accord que je suis quand même plus au calme ici pour connaître la fin? Bon. Même la SNCF veut que je reste dans le Sud! Je n’invente rien : pour le même trajet, dans une semaine à peine, elle baisse gentiment le prix de mon billet de 154€ à 43€. Avouez que c’est adorable! Je ne peux quand même pas risquer de la vexer en partant trop précipitamment. Et mes nouveaux amis locaux qui m’invitent à boire des diabolos PAC à la terrasse désertée du Jean’s Café? Qui leur chantera du Michel Delpech et du Daniel Guichard pendant qu’ils grignoteront leurs cacahuètes si je m’en vais? Hein? Qui? Je ne peux tout simplement pas gâcher leurs derniers apéros de l’été! Ils m’en voudraient et cela compromettrait mon prochain séjour chez eux à Marseille! Et puis il y a aussi les copains qui sont déjà rentrés, que ce soit à Paris ou ailleurs. C’est important pour eux que je les nargue encore quelques jours depuis le bord de la piscine. Comme ça, un petit peu, sans méchanceté… Ça leur montre que je pense à eux, que je n’oublie pas qu’ils ont soit un temps pourri, soit repris leur boulot, ou même qu’ils ne sont pas partis du tout en vacances et ils sont touchés de cette petite attention… Et puis si je rentrais plus tôt à Paris, je porterais un préjudice à l’économie locale. Bon, pas énorme le préjudice, mais quand même… Eh! Je n’irais ni au marché, ni au spectacle, ni à l’accrobranche, je ne ferais pas de randonnée à cheval. Non, vraiment, c’est important que je reste en vacances. Pour moi, pour mes amis, pour la Région Rhône-Alpes!
Soyez donc rassurés, je lézarde consciencieusement au bord de la piscine encore quelques jours.

Au fond, j’ai beau savoir que Bison Futé a raison, et qu’il est temps de faire les valises et de rentrer me remettre au travail, j’ai beau être impatiente de reprendre le chemin incertain des cafés-théâtres, des cabarets et des bars à chansons, j’ai beau avoir hâte de reprendre ma plume pour signer blogs, pièces et chansons, tous les ans, j’ai bien du mal à me dire que les vacances sont finies, qu’il faut quitter ce décor magnifique parce que c’est la rentrée….

35. Bien rentrés?

Eh bien, ça y est, cette fois c’est fini… 
Fini? Comment ça fini? Quoi donc fini, vous demandez-vous paniqués par cette mystérieuse entrée en matière? Eh oui, c’est qu’à force de vous écrire, je vous connais un peu vous savez… Mais alors? A quelle nébuleuse agonie fais-je donc allusion ci-dessus?
Les vacances? La vague de chaleur? La saison douce des abricots juteux gorgés de sucre et de soleil? Le temps où, naïf, on les croyait encore ces douces promesses estivales, sentimentales, électorales ou autres… Eh bien oui, tout ça, c’est comme Capri, c’est fini.
Inutile de zieuter l’écran de votre ordinateur avec ce regard abruti de Charolaise qui regarde passer le Paris-Roanne de 14h19, vous avez parfaitement compris. Même, vous étiez prévenus. 
Vous le saviez très bien quand vous avez décidé que cette année, vous iriez camper dans le Gers avec les Boudoni parce qu’il paraît que c’est très joli le Gers, que le camping c’est une façon très saine d’approcher la nature, et qu’ils sont très rigolos les Boudoni, oui, oui, vous le saviez très bien qu’un beau jour, il vous faudrait 2h pour replier cette fichue tente 2 secondes Quechua et reprendre la route de la maison loin, très loin de ces cons de Boudoni. 
Allez, pas d’hypocrisie entre nous… Vous savez bien qu’on peut tout se dire! Vous l’avez approchée comment, au juste, la nature au Camping de la Garbure entre les sanitaires et la corde à linge des Hollandais de l’emplacement mitoyen? Sans compter les Boudoni qui ne vous ont pas laissés tranquilles une heure pour explorer la région, préférant vous traîner à l’Aqualand, à l’Accrobranche, ou encore à l’Accapulco Club et dont l’humour s’est avéré assez relatif au final…
Alors OUI c’est la rentrée. Et, vues les ‘vacances’ que vous venez de passer, est-ce qu’on ne peut pas même se permettre d’ajouter ‘tant mieux’? Et puis, c’est la rentrée, pas tout de suite, tout de suite non plus, inutile de s’affoler. Vous pouvez encore profiter de quelques heures au ralenti, pieds nus sur la moquette, un verre de rosé bien frais pas loin (ramené du Gers, parce qu’on ne peut tout de même pas en garder que des mauvais souvenirs), le journal du jour à portée de main et puis Django Reinhardt tout bas sur la platine, pour colorer le fond musical…
Et bien sûr, vous pouvez reprendre la lecture de mon blog si distrayant et si spirituel puisque de mon côté, je me remets à l’écrire, rien que pour vous…
Doucement… Tranquillement… Homéopathiquement… 
Vu que moi je suis encore dans la Drôme où après deux mois, je les prends enfin, mes quelques jours de vacances…

Alors belle rentrée, et à bientôt avec d’autres nouvelles plus artistiques et plus musicales de Stef!