79. Ne pas rentrer

Comment ça? Déjà? Mais… Mais non! Mon maillot n’a même pas eu le temps de sécher! Alors sous prétexte que Bison Futé voit rouge ce weekend, il faudrait en conclure que les vacances sont finies? De deux choses l’une, ou bien il n’est pas très fut’ fut’ le Bibi, ou bien il faut qu’il consulte un opticien! Le thermomètre affiche 35°C, la piscine 26°C, pas un nuage ne vient s’interposer entre le soleil et mon bronzage, les lauriers n’en finissent plus de fleurir, le teint rougeaud malgré le Bob, quelques Hollandais égarés continuent de déambuler le long des ruelles de Dieulefit, le Rosé (tiède) est encore en promo au Super U et brochettes et merguez continuent d’embaumer les barbecues alentours, c’est tout dire!
Alors ok, il se peut que Bison Futé soit père de famille et qu’il doive s’occuper de la rentrée scolaire de ses… de ses… de ses quoi d’ailleurs? Ses bisotons? Ses bisonceaux? Comment on dit? C’est bien la peine de se presser de rentrer à l’école, même Google est incapable de répondre, bravo! Bref, s’il doit rentrer remplir les cartables Minions de ses bisotrucs, qu’il voit rouge, vert ou violet le bison daltonien, ce n’est pas mon problème. J’y suis, j’y reste. Même si les melons sont (un peu) moins sucrés et que les étoiles filantes ont filé… Même si Patrick Cohen est de retour sur France Inter. Même si Amélie Nothomb publie (encore!) un nouveau roman. Même si j’ai trouvé mes impôts dans ma boîte aux lettres. Même si Marie-Claire m’aide à choisir un sac tendance pour la rentrée. M’en fiche. Pourquoi je devrais rentrer? Un sac j’en ai déjà un. Et puis je n’ai pas fini de lire Le complexe d’Eden Bellwether. Nous sommes d’accord que je suis quand même plus au calme ici pour connaître la fin? Bon. Même la SNCF veut que je reste dans le Sud! Je n’invente rien : pour le même trajet, dans une semaine à peine, elle baisse gentiment le prix de mon billet de 154€ à 43€. Avouez que c’est adorable! Je ne peux quand même pas risquer de la vexer en partant trop précipitamment. Et mes nouveaux amis locaux qui m’invitent à boire des diabolos PAC à la terrasse désertée du Jean’s Café? Qui leur chantera du Michel Delpech et du Daniel Guichard pendant qu’ils grignoteront leurs cacahuètes si je m’en vais? Hein? Qui? Je ne peux tout simplement pas gâcher leurs derniers apéros de l’été! Ils m’en voudraient et cela compromettrait mon prochain séjour chez eux à Marseille! Et puis il y a aussi les copains qui sont déjà rentrés, que ce soit à Paris ou ailleurs. C’est important pour eux que je les nargue encore quelques jours depuis le bord de la piscine. Comme ça, un petit peu, sans méchanceté… Ça leur montre que je pense à eux, que je n’oublie pas qu’ils ont soit un temps pourri, soit repris leur boulot, ou même qu’ils ne sont pas partis du tout en vacances et ils sont touchés de cette petite attention… Et puis si je rentrais plus tôt à Paris, je porterais un préjudice à l’économie locale. Bon, pas énorme le préjudice, mais quand même… Eh! Je n’irais ni au marché, ni au spectacle, ni à l’accrobranche, je ne ferais pas de randonnée à cheval. Non, vraiment, c’est important que je reste en vacances. Pour moi, pour mes amis, pour la Région Rhône-Alpes!
Soyez donc rassurés, je lézarde consciencieusement au bord de la piscine encore quelques jours.

Au fond, j’ai beau savoir que Bison Futé a raison, et qu’il est temps de faire les valises et de rentrer me remettre au travail, j’ai beau être impatiente de reprendre le chemin incertain des cafés-théâtres, des cabarets et des bars à chansons, j’ai beau avoir hâte de reprendre ma plume pour signer blogs, pièces et chansons, tous les ans, j’ai bien du mal à me dire que les vacances sont finies, qu’il faut quitter ce décor magnifique parce que c’est la rentrée….

69. Confession infâme

Cher lecteur, je dois te faire une confession. Ce ne sera pas facile et sans doute je vais te décevoir. Il y aura des cris, des reproches, des larmes, et tu m’en voudras, c’est certain. Tant pis. Ce sera douloureux, mais il faut en passer par là. Et je préfère que tu l’apprennes par moi plutôt que par un autre. Je te dois bien ça. 
Cher lecteur… Je… Je chante du Michel Sardou.
… 
Pardon.
Attends, attends! Ne pars pas! Écoute-moi… Oui bon ça va, tu m’as comprise… Lis-moi au moins! Allez, je t’en prie, laisse-moi t’expliquer! Michel et moi ce n’est pas du sérieux! Je t’assure. C’est pour rire! Je te jure, je n’ai rien fait pour que ça arrive. Michel m’est tombé dessus sans que je m’y attende. Euh… c’est une image, tu l’as bien compris? Dans le doute, je préfère préciser, on ne sait jamais.
C’était un soir de mai. J’étais à Toulouse, un ami – dont je préfère préserver l’anonymat afin de lui éviter des ennuis à son tour – m’avait invité à participer à une soirée collective (a posteriori, je t’avoue que je m’interroge : était-ce bien un ami?). Une soirée chansons s’entend! Ne va pas en plus t’imaginer des choses! Bref, j’étais loin de chez moi et je me sentais vulnérable… Je veux dire, plus fragile qu’à l’habitude parmi tous ces chouettes chanteurs que je ne connaissais pas. J’ai bu un verre de Gaillac (ou deux, je ne sais plus) et avant de pouvoir m’en rendre compte, je me suis retrouvée sur la scène de Chez ta mère à côté du piano à chanter Les lacs du Connemara à pleins poumons… C’est aussi bête que ça.
Le lendemain, en route pour Paris dans l’interminable train SNCF Intercités 100% Eco et 0% Confort, j’étais un peu sonnée. C’est à peine si je pouvais avaler mon sandwich en carton. Comment t’avouer mon infidélité? J’avais honte, tu comprends? Si, si, je t’assure. Au moins un peu. Mais comment te dire… Ce soir là à Toulouse, j’ai éprouvé comme un plaisir étrange et pervers… Un peu comme celui qu’éprouve l’adolescent boutonneux à l’heure de percer l’énorme bubon blanc et acnéique qui lui orne le front. Cher lecteur saurais-tu me comprendre? Probablement non. C’était juste un soir après tout… Qui le saurait? A quoi bon te faire souffrir inutilement? J’ai préféré ne rien te dire et le temps a passé. Tu ne t’es douté de rien et les concerts ont repris entre nous comme si de rien n’était.
Et puis… Un an plus tard… C’était un soir d’Avril cette fois-là, j’ai remis ça. Je voulais dire non. Vraiment. Mais l’attirance était trop forte. Le souvenir de ce plaisir malsain brulait encore au fond de moi. J’en voulais encore! Une fois de plus, c’était  à Toulouse, au Bijou cette fois. Ce soir-là, nous n’étions plus que quatre sur la scène. Nos anciens compagnons, plus sages, avaient su dire non à Michel. Sans doute étions nous plus faibles. Nous n’avons pas su résister. La salle quant à elle était comble pour venir assister à notre déchéance musicale. Pour ce second écart, autant te le dire tu finiras par l’apprendre de toute façon, je ne me suis pas contenté de chanter Michel, j’ai aussi fredonné Bernard Tapie. Et Chimène Badi. Et Didier Barbelivien.
Un concert en entraînant un autre, aujourd’hui Virage à Droite, c’est le nom de notre groupe, m’entraîne de scène en scène à Paris, Lyon ou Lille et comme tôt ou tard tu aurais fini par l’apprendre, j’ai préféré tout te dire.
Cher lecteur, je sais comme cet aveu doit te paraître brutal. Après tout, tu n ‘as rien vu venir. Tu avais confiance en moi et j’ai tout gâché. A présent, tu n’as probablement plus aucune estime pour la chanteuse à texte que je suis. Du moins que j’étais jusqu’ici. Tu découvres ces lignes et j’imagine ou plutôt je sais les nausées qui te saisissent. Je les connais, j’ai eu les mêmes. Au début. Prends du Spasfon. Je t’ai déçu. Excuse-moi. Je veux pourtant que tu saches, que ce qui m’arrive, ce qui nous arrive, n’a rien à voir avec toi. Tu as toujours été un public attentif, généreux et aimant envers moi. Tu m’as donné confiance, tu m’as aidée à me sentir drôle, belle même. Tu m’as accompagnée dans les bars, les théâtres, dans la rue, le métro même. Et je t’ai trahi. C’est moi la fautive. Je ne te mérite pas. Allons, ne pleure pas s’il te plaît…. Tu n’as rien à te reprocher.
Je veux que tu saches que je suis prête à tout pour  racheter ta confiance. Car malgré Michel (Sardou), et comme dirait Michèle (Torr), je suis restée la même… Celle qui fredonne Barbara dans les allées du Père Lachaise… Celle qui murmure Pierre Perret sous sa douche… Celle qui gazouille Les Frères Jacques sur son vélo… Et celle qui gribouille rimes et refrains au crayon noir dans son vieux carnet usé en espérant qu’ils te plairont peut-être…
Ne m’en veux pas je t’en prie. Je te l’ai dit, au début de ce post, Michel et moi c’est pas sérieux. On a tous nos petits travers après tout. Toi-même, n’as tu jamais fredonné La Java de Broadway ou  La maladie d’amour coincé dans les embouteillages ou au mariage de ta belle-sœur Josette? Tu vois bien…  Les goûts de chiottes, c’est humain tu sais… Nous ne sommes pas si différents après tout. Simplement, moi je le fais en public. Alors plutôt que de faire ça en cachette, pourquoi ne partagerions-nous pas notre vicieux plaisir? Je sais cher lecteur, tu es probablement de gauche, du moins tu l’étais… Avant…  Et Michel Sardou est contraire à tes idéaux. Moi aussi. Mais je préfère en rire alors cher lecteur, jette une oreille à ce Virage à Droite, je t’assure qu’en musique, ça passe – un peu – mieux… Fais-le… Pour toi, pour moi, pour nous!

Virage à Droite
 avec Nicolas Bacchus, Lucas Lemauff, Manu Galure et Stef!
Une vidéo réalisée par le webzine Hexagone